village partiel | quelques blogs

village

On s’interroge, toujours, sur comment les ondes web se propagent, rebondissent, ou s’amortissent pour s’éteindre dans le premier virage. Telle image, tel billet, telle annonce, pour qui, sur combien de temps ? Alors, en explorant le voisinage (si on veut bien considérer qu’il y a tout de même une géographie du web, avec ses chemins et ses lieux de regroupement), quelques motifs de vagabondage.

Des expériences texte/musique qu’on regarde avec intérêt et complicité, sur le site parl de Fred Griot :

parole, sur scène : piston d’air et non pas joli ton d’une lecture toute intentionnée, bien dite
sans doute rien de pire que de chercher à
bien dire un txt, à lui procurer sens en y mettant un ton. il y a plutôt à donner énergie, cette énergie qui fut là lorsque les mots sont montés, lorsqu’ils ont poussé à la page.

Ca ne nous rend que plus impatient de commencer, à l’automne prochain,  un  nouveau travail avec François Bon, prémisses sur Tiers Livre, face B, par exemple :

Religion : nos rêves – la misère des autres les ronge par dessous. Nos nuages : la douleur des autres l’écrase par au-dedans. Je veux aujourd’hui éloigner la religion du visage même : il n’y a plus je, il n’y a que voix, et temps, il n’y a que monde vide, et cri dans l’intense résonance du rien. Il y a, oui, qu’un monde s’écroule et que je crie. Religions vous mourrez, et les séculières avant les autres.

L’improvisation, en ce que la langue la nourrit, il en est question sur tache aveugle :

On pourrait aussi voir dans quelle mesure la notion adornienne de déqualification du matériau, ainsi que ce qu’il écrit au sujet du « vieillissement » de la nouvelle musique, peut ou ne peut pas s’appliquer au free, et à son devenir — je veux dire son devenir actuel, dans les années 2000. Ensuite, il y aurait une réflexion sur le langage, sur ce qu’est ou n’est pas un langage, et un langage musical. Éventuellement : un langage « brisé », « en morceaux ».

Et aussi musique, observation du monde avec point de vue, sur glob, musiques et pensées anti-autoritaires…

Et puis colères, théâtre, révoltes, philosophie, dans le silence qui parle.


Laisser un commentaire