formes numériques | 1

Michele Rabbia, percussions, laptop, et Dominique Pifarély, violon, laptop

Du 17 au 21 mai, expérimentations, répétitions, et 1er concert avec présence numérique. Présence, car c’est vraiment expérience singulière que de travailler avec l’ordinateur dont on a établi le champ d’action, mais laissé au hasard la nature des interventions. Vraie interaction, donc, entre la matière jouée, qui alimente les processus de transformation ou de synthèse du son numérique, et celui-ci, qui oriente ce qu’on joue. Chacun utilise son propre jeu, tout en jouant à la fois avec l’autre et son double, ou transforme le jeu de l’autre, à n’en plus savoir quel son est produit par qui. Travail encore à venir, excitant, de devoir trouver d’autres pistes instrumentales, d’autres réflexes. Tenir sa place (la présence), aussi, à côté de la machine. Et puis l’impatience de confronter tout ça à la voix de François Bon et celle des images de Philippe de Jonckherre.

Bref, ça ouvre tellement de questions passionnantes, auxquelles on se confrontera en décembre prochain : Formes d’une guerre.

Remerciements aux habitants du Hameau de la Brousse, Hélène et Michel en particulier, ainsi qu’à Baptiste et Matthieu au studio du Hameau.

A écouter au casque, ou sur de bonnes enceintes, de préférence… :

Laisser un commentaire