Avec Claude Favre à La Marelle (Marseille)

Avec Claude Favre à La Marelle (Marseille)

“Ceux qui par les étranges terres”

Rencontre-discussion

Lieu : La Salle des Machines
Une proposition de : La Marelle , La Salle des Machines

Claude Favre (poète, performeuse, en résidence à La Marelle à l’automne 2017) et Dominique Pifarély (violoniste, improvisateur, compositeur) déplacent les lignes, avec leurs doutes, leurs voix, leurs sons, leurs silences, pour dire ce qui est, aujourd’hui, ici et maintenant qui est un ailleurs, pour les hommes errants, pour ceux qui vont sur les étranges terres où d’autres hommes étrangement ferment leurs portes, se mettent œillères, quand l’hospitalité a une histoire, quand il faut regarder en face pour que le monde n’aille pas à sa perte, parce qu’il nous faut construire l’histoire et connaître les noms, dénombrer les morts de ceux qui détournent les horizons par les mers, sur les routes, parce qu’on ne peut détourner le regard, ignorer les fugitifs, les migrants, les brûleurs, qui brûlent leurs papiers, les frontières, les préjugés, brûlent jusqu’à leurs empreintes digitales, parce que le monde en guerre est un asile de fou, parce que c’est toujours aujourd’hui, et le passé reviendra, et même les filles brûlent.


Les 13 et 14 septembre, 2 jours d’ateliers à Marseille sur la lecture avec musique.

Stage Musique & Voix, pour musiciens et lecteurs – Les cargaisons insolites

Qu’est-ce qu’un texte ? C’est de l’horizontalité qui se verticalise, écrit le poète Bernard Noël.

Travail de « la voix du texte » à partir de l’écoute de documents sonores depuis le début du XXe s. jusqu’à aujourd’hui, et de la lecture en commun d’auteurs contemporains français et en traduction (poésie, théâtre, essais, textes fragmentaires…) par des exercices divers, parfois contradictoires et des propositions de dialogue entre musiciens et lecteurs – il ne s’agit pas de s’accompagner, encore moins d’illustrer quoi que ce soit, mais de mettre en tension les deux pratiques, de tenter des expériences. Seront abordées les questions de l’oralité dans un texte écrit – phrasé, rythme, ponctuation, silences -, de la voix, du jeu entre l’instrument, la voix et le texte, du micro, du corps, de la scène … afin de donner à vivre et entendre, voir lire, partager un texte en public, créer une forme singulière et signifiante.

À destination des lecteurs – toute personne le souhaitant, sans expérience préalable, ou des comédiens, des chanteurs, etc., et des musiciens – suffisamment aguerris pour pouvoir improviser.

Restitution publique en première partie de la performance Claude Favre / Dominique Pifarély


Marseille, corps étranger

 

Laisser un commentaire