Archipels Festival

Pour Archipels – Cie Dominique Pifarély, c’est l’évènement de ce début d’été 2018. Au delà du mot “festival”, au sens sans doute amoindri par sa fonction désormais institutionnelle, c’est un rendez-vous que nous souhaitions depuis longtemps, une sorte d’assemblée ouverte à tous…

Dans le domaine de la musique, il n’est pas toujours aisé — c’est un euphémisme… — de présenter ensemble, dans une unité de temps et de lieu, des travaux artistiques qui soient reliés de manière presque organique, dont les échos et résonances mutuelles font sens, tentant de déployer à la fois un creusement de la langue et une ouverture féconde, et dans des conditions où le public puisse en construire la cohérence à son gré.

Il est donc question de défendre des visions musicales déterminées, et de les mettre en regard, montrant par là qu’il ne s’agit pas d’un facile mélange des genres, mais bien — loin des catégorisations que l’industrie du divertissement a imposé à tous — d’un même mouvement vers la Musique, toujours à rejoindre, à inventer, découvrir, et à vivre.

Pour cette première édition, nous présenterons, pour les projets “internes”, le quartette de Dominique Pifarély et le trio Sclavis/Pifarély/Courtois.

Et puis les projets de quelques compagnons de route.

Sylvaine Hélary (flûtes), après avoir joué avec la dernière mouture de l’ensemble Dédales de Dominique Pifarély, est aujourd’hui dans son dernier projet, le septette “Suite : Anabasis”. Avec Noémi Boutin (violoncelle), elle présente Myssil (+ d’infos), un concert jeune public naviguant avec souplesse et inventivité dans un univers musical à la fois riche et ludique.

Matthieu Metzger (saxophone sopranino) joue également dans le nouveau septette de Dominique Pifarély. Il a créé avec Armelle Dousset (accordéon diatonique) le duo Rhizottome (+ d’infos), qui renoue avec les racines et sème les graines d’une nouvelle musique traditionnelle sensuelle et féconde.

La première rencontre du violoniste et raconteur d’histoires Jean-François Vrod avec Dominique Pifarély est déjà ancienne, dans un projet qui mettait en regard musiques traditionnelles et improvisation, et sa Veillée rustique moderne (+ d’infos) est un objet singulier, comme le parcours musical de son auteur qui, seul avec son violon, revisite l’idée de veillée et du partage de l’art vivant.

La présence du texte, littéraire, poétique, est une constante chez Archipels – Cie Dominique Pifarély, au travers des collaborations successives avec Violaine Schwartz, Pierre Baux, François Bon, Claude Favre, Géraldine Keller, D’ de Kabal… Le comédien Pierre Baux et le violoncelliste Vincent Courtois, dont la rencontre date de la première réalisation de la compagnie, ont depuis lors développé un travail ininterrompu. L’Amérique (+ d’infos) est une lecture/performance où le texte et  la musique — improvisée — sont en constante interaction, sans que l’un prédomine : un contrepoint permanent pour un cheminement du sens ouvert et multiple.

Pour terminer, un bal : Le peuple étincelle (+ d’infos) est le rêve de François Corneloup, lui aussi présent dès l’origine d’Archipels, de combiner une musique pour la danse avec l’expérience, la créativité de musiciens de jazz et improvisateurs.

A l’écart de la résignation comme du divertissement, tous ces artistes tracent une route personnelle, joyeuse et critique, nourrie de regards bienveillants et curieux, et c’est ensemble que ces voix dessinent du rêve.

0 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.