Berlin, Tracé Provisoire

Berlin, Tracé Provisoire

JBM-0703∏Jean-Baptiste Millot


Le 1er juin, ce sera le premier concert en Allemagne du quartette de Dominique Pifarély. Il s’agira d’un évènement spécial puisqu’il s’accompagnera de la sortie en avant-première de l’album enregistré l’été dernier pour ECM, « Tracé Provisoire ». Le CD sera officiellement dans les bacs et sur les sites le 10 juin. Le groupe s’est constitué au printemps 2014, et voici quelques extraits de presse sur la première série de concerts :


« Une musique dense, superbement tissée, tressée de façon complexe qui vous prend d’emblée et ne vous lâche plus. Une urgence vous saisit dans cet ensemble rythmique intensément fiévreux, sur une mise en place redoutable qui donne une grande lisibilité à l’ensemble malgré la variété des textures et la finesse des tuilages. Les camarades de jeu du violoniste, Bruno Chevillon à la contrebasse, François Merville aux percussions et le pianiste Antonin Rayon forment une section rythmique de rêve, souple, élégante. […] Pifarély poursuit son infatigable travail d’écriture et d’improvisation : sur scène, sa musique ardente vous entraîne au-delà de la sensibilité et du lyrisme. Une mécanique de grande précision, intellectuelle et pourtant sensible. » (Sophie Chambon, Citizen Jazz, 18 août 2014).


 » … le violoniste sait ménager des cheminements traversiers que l’on emprunte (empreinte) avec une visibilité réduite (et donc une attention soutenue) afin d’aller de découverte en découverte. À l’évidence, cette écoute active doit être portée par un esprit libre (ou pour le moins libéré de ses scories inopportunes) que le mystère n’effarouche pas. Dès lors que ce pré-requis est intégré, l’émotion bat son plein, le mouvement vous porte et le regard, avec la gourmandise d’un gamin avide d’éblouissement, se tend vers l’imprévu, sa profondeur et son vécu (rêvé ?).  » ( Yves Dorison, Culture Jazz, 28 avril 2016).


 « Propulsé par un groupe d’une extraordinaire homogénéité (formidable François Merville, tout à la fois coloriste subtil et rythmicien d’une précision diabolique), Pifarély a démontré l’autre soir, outre ses talents d’instrumentiste exceptionnels (un mélange de fluidité et de tension dans l’expression qui décidément n’appartient qu’à lui), une maîtrise et une variété compositionnelles toujours plus impressionnantes. » (Stéphane Ollivier, Jazz Magazine, 18 juillet 2015).


« Une musique d’une extrême fluidité et d’une remarquable fraîcheur malgré cette impression d’écriture redevable probablement à ‘lélan d’une cohérence folle, porté par des maîtres de leurs instruments qui nous entraînent pour mieux nous égarer et nous étourdissent pour mieux nous entraîner dans leur course, sans jamais tout à fait nous lâcher, ni nous laisser le loisir de nous installer quelque part, nous plongeant dans un état d’excitation constamment renouvelé. » (Franck Bergerot, Jazz Magazine20 juin 2014).


 

Dominique Pifarély (violin), Antonin Rayon (piano), Bruno Chevillon (double bass), François Merville (drums)

Pifarély is a musician who thrives in the unstable territory between improvisation and composition, and his pieces here establish ideas, structural elements and themes which encourage textural, lyrical and abstract improvising to develop in the moment. The interplay amongst the players is dynamic, exploratory and engaging, inspiring Dominique to fine and differentiated soloing. The free movement of energy is central to the music, which incorporates group improvising, luminous counterpoint, intense inner pulsations and open, lyrical expanses.

This quartet was founded in the spring of 2014, but Pifarély, bassist Bruno Chevillon and drummer François Merville have been regularly crossing each other’s musical paths for a few decades. They are cornerstone players of improvised music in France and they’ve brought new impulses to it, other ways of thinking about freedom and form. The band is completed by pianist Antonin Rayon, making a first appearance on ECM.

DPquartet_cover


 

 

Laisser un commentaire