zone libre | download serie

Give away, comme on dit. Ici sont réunies cinq “études” avec Ableton Live et Max for Live, téléchargeables.

My income comes from concerts, not recordings (I have performed internationally since 1978). For most of my audience, before the Internet came along just finding my recordings was a major undertaking. Concerts in various parts of the world were often attended by people who travelled long distances to get to the show, hoping to find some recording for sale which they had heard about but were never able to find. Bob Ostertag, dans un article récent, explique pourquoi l’internet reste compliqué pour les musiciens “non-commerciaux” évoluant en dehors des catégories — qui ne sont destinées, on le sait depuis bien longtemps, qu’à organiser le Marché. Que faire, alors ? Se débrouiller, comme d’habitude, prendre le meilleur de ce qui s’offre, de ce qui nous est accessible, en faisant en sorte que ça s’inscrive dans un travail continu, nourrissant, en refusant les exhortations toutes prêtes des thuriféraires de l’économie prétendument nouvelle.

Ca signifie, entre autre : ne pas oublier que si la musique est du partage (ce qui pourrait éventuellement se discuter, se préciser), il n’est pas seulement question que de partage de bien : le partage d’expérience, la traversée commune, la résonance, la sympathie, l’expérience physique de la transmission sont des caractères inaliénables du fait musical. My income comes from concerts, not recordings. Nos expériences de musiciens aussi, et c’est vraiment sur scène, toujours, que cela survient.

 […] ce qui frappe le plus les esprits, c’est le projet de basculement de l’affectation de 25 % de la copie privée (proposition 41) – jusqu’ici dédiés à l’action culturelle et artistique – vers le financement de plateformes numériques. Amputer des moyens déjà érodés par la baisse globale des recettes de la copie privée, à l’heure d’une fragilisation du spectacle vivant et de la création, risque de porter gravement atteinte à ce secteur pourtant essentiel. Cet extrait du communiqué des Allumés du Jazz à propos du rapport Lescure vient nous le rappeler : n’oublions pas que dans ces “taxes” et autres contributions au droit d’auteur, il y a, et ça n’est pas marginal, un objectif de mutualisation de l’aide à la création et au spectacle vivant, notamment dans ses pratiques les moins consensuelles. Oublions ça, et c’en est fini de la singularité et de la diversité (déjà bien atteinte, mais bon…) de la scène musicale.

A part ça, et en attendant d’avancer sur la question du téléchargement ( le prochain album de Dédales devrait être disponible en Haute Définition à l’automne prochain), je choisis de réunir quelques “études” sur le traitement en temps réel, et d’en proposer le téléchargement. Là, c’est le partage d’un travail, en attendant le “live”, bien sûr…

Laisser un commentaire