Les 10 ans de Dédales à l’Europajazz

DSC01479
Installation de l’ensemble Dédales au Théâtre des Quatre Saisons, Gradignan

 

C’est le 30 avril 2005 qu’eut lieu le premier concert de l’ensemble Dédales, au Théâtre de Poitiers. Bernard Prouteau, alors à la manœuvre pour promouvoir et défendre la création musicale contemporaine (Jazz à Poitiers, et une influence certaine sur la programmation de la scène nationale), avait suscité, encouragé, accompagné la naissance de l’orchestre, programmant d’abord des rencontres partielles sur toute une saison, “préambules” me permettant ainsi de faire se rencontrer jeunes et moins jeunes musiciens, poitevins ou parisiens, en des sessions d’improvisation en duos ou trios.

14 concerts et 2 albums plus tard, nous choisirons de retenir le plus bel enseignement d’un parcours qui ne fut pas si facile : 1,4 concert par an, c’est si peu que l’engagement et la qualité des musiciens de ce bel orchestre s’en trouve magnifié. C’est en effet à l’exigence commune de chacun de ces musiciens, et à leur fidélité, que la musique de l’ensemble doit l’élan qui la porte.

Cet élan et cet engagement, je dois le dire, m’ont aidé à persévérer, en dépit de ma mauvaise conscience à tant leur demander. A tel point que pour ce concert d’anniversaire, le 8 mai 2015, presque 10 ans jour pour jour après la création, et malgré les vents contraires — les vents mauvais de “l’économie de crise” et du renoncement conjugués —, c’est à un accroissement de l’effectif que je me suis résolu : j’entendais depuis longtemps les timbres du violoncelle et de la flûte enrichir le son de l’orchestre dans la projection mentale que je m’en faisais. J’ai donc, sans la moindre vergogne, appelé Armand Meignan, directeur de l’Europajazz du Mans — après qu’il eût déjà décidé de programmer l’orchestre — pour lui soumettre cette idée farfelue de venir à 11 plutôt qu’à 9, bousculant ainsi les habitudes qui incitent plutôt au moins-disant budgétaire. Armand a éclaté de rire… et accepté immédiatement.

Pour ce dixième anniversaire, nous serons donc au Mans avec un effectif désormais renforcé : Guillaume Roy (alto), Valentin Ceccaldi (violoncelle), Hélène Labarrière (contrebasse), Sylvaine Hélary (flûte), Vincent Boisseau (clarinette), François Corneloup (saxophone baryton), Sylvain Bardiau (trompette), Christiane Bopp (trombone), Julien Padovani (piano), Eric Groleau (batterie), et Christophe Hauser assurera la sonorisation.

Dominique Pifarély "ensemble Dédales", le vendredi 8 mai 2015, à l'Europajazz du Mans, salle de la Fonderie.

Chez Scelsi

Le 21 avril 2015, Michele Rabbia avait organisé à Rome une rencontre sous forme de concert avec deux de ses partenaires privilégiés en Italie, le contrebassiste Daniele Roccato et le pianiste Ciro Longobardi. Cette rencontre ayant lieu à la Casa Museo de Giacinto Scelsi, dans le salon même où le compositeur travaillait, elle entremêla des pièces du compositeur, jouées par Ciro et Daniele, et des improvisations, comme ce que Scelsi lui-même pratiquait. Il est sans doute des lieux moins propices à la musique, comme le montre la vidéo ci-dessous…

Installation, avec Michele Rabbia et Daniele Roccato, et la vue du studio du maestro Scelsi… :

21/04/15 – con Michele Rabbia, Ciro Longobardi & Daniele Roccato – Roma – Casa Museo di Giacinto Scelsi – Italie

Rome, Naples, rencontre et solo

DSC01526 copieDu 20 au 26 avril 2015, Dominique Pifarély sera en Italie, d’abord à Rome le 21  à la Casa Museo di Giacinto Scelsi, en compagnie de Michele Rabbia, pour une rencontre inédite entre les 2 improvisateurs et 2 grands interprètes de musique contemporaine, le contrebassiste Daniele Roccato et le pianiste Ciro Longobardi.

Puis Dominique donnera le 24 avril un concert solo à Naples, dans la série de concerts programmés par Dissonanzen.


 

Ci-dessous, Ciro Longobardi, Daniele Roccato et Michele Rabbia à l’Area Sismica (Forli, Italie) le 25/11/2013  :